Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur vk
Partager sur tumblr

Leur travail est d’améliorer notre santé – mais comment leur faire confiance après ça ?

Selon leur page d’accueil sur Internet, “L’OMS [Organisation Mondiale pour la Santé] est l’autorité directrice et coordinatrice, dans le domaine de la santé, des travaux ayant un caractère international au sein du système des Nations Unies. Elle est chargée de diriger l’action sanitaire mondiale, de définir les programmes de recherche en santé, de fixer des normes et des critères, de présenter des options politiques fondées sur des données probantes, de fournir un soutien technique aux pays et de suivre et d’apprécier les tendances en matière de santé publique.”

Nous avons déjà récemment assisté à un exemple clair, et plus loin dans ce texte vous en verrez un autre, de la façon qu’à l’OMS de ne pas baser ses recommandations sur ce qui est le meilleur pour la santé de la population mondiale, mais plutôt sur ce qui est le meilleur pour certaines entreprises pharmaceutiques et cosmétiques.

La “pandémie de la grippe porcine”.

Un nouveau rapport publié dans le British Medical Journal, révèle que les experts scientifiques, qui ont convaincu l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) de déclarer que le H1N1 était une pandémie mondiale, possédaient en réalité des liens étroits avec les entreprises pharmaceutiques qui ont profité des ventes des vaccins contre le H1N1. Ce rapport explique ces liens étroits qui ont conduit l’OMS à déclarer une pandémie, résultant en milliards de dollars de profits en faveur des fabricants de vaccins.

L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, prépare actuellement son propre rapport concernant les recommandations de l’OMS sur la « grippe ovine », elle critique l’OMS en disant : « L’assemblée parlementaire s’alarme de la façon avec laquelle on a traité la pandémie de grippe H1N1, non seulement l’OMS, mais également les autorités compétente pour la santé dans l’Union Européenne et au niveau national. » Elle continue en expliquant que les actions de l’OMS ont abouti à « une perte énorme d’argent du fonds public ainsi que des craintes et peurs injustifiées concernant les risques pour la santé auxquels la population européenne au sens large a cru devoir faire face. »

A présent, faisons le lien entre ces indications fortes d’habitudes de non-transparence de la part de l’OMS et les récentes recommandations pour l’utilisation des solariums (Fact sheet N°287 Interim revision April 2010 “Sunbeds, tanning and UV exposure”).

Le scandale qui s’est formé autour de la fortune de la famille L’Oréal, où le linge sale de la plus importante entreprise cosmétique au monde a été lavé en public, à la cour de justice en France, a prouvé que L’Oréal n’est pas étrangère à l’habitude d' »influencer » des officiels pour son propre compte.  Et je vais, sinon avec des preuves, au moins avec des évidences très claires, montrer la possibilité que L’Oréal a « assisté » l’OMS dans leur travail, tout en créant un marché s’élevant à plusieurs milliards de dollars pour les crèmes bronzantes de L’Oréal (ainsi que pour toutes ses sous-marques de cosmétiques).

Les numéros après les noms ci-dessous font référence aux numéros sur l’image.

La campagne réussie contre le bronzage (que ce soit à l’intérieur dans les solariums ou à l’extérieur sous le soleil) est menée à travers des rapports provenant principalement de trois groupes – l’ARC (Agence de Recherche contre le Cancer) organisée par l’OMS, l’ICNIRP (International Commission on Non-Ionizing Radiation Protection) et EUROSKIN (European Society for Skin Cancer Prevention).

Regardons donc un peu plus près chacune de ces organisations et d’où leur participants principaux ont obtenu des fonds.

Comme présenté dans mon post précédent, “La campagne sur le “marché noir” la plus réussie au monde ? »” L’Oréal Recherche a fournit les fonds de la “recherche” faite par Adéle Green1), Présidente de l’ARC à ce moment-là (2006) lorsque leur rapport à propos de la classification des lits de bronzage en tant que ”cancérigène pour l’être humain” a été présenté.

Une recherche rapide sur Google montre que J.P. Césarini2), l’un des  président et scientifique de l’ICNIRP, est affilié avec la “Fondation De Rothschild” dont le directeur,  Jean-Pierre Meyers3), est également le Vice-Président de L’Oréal, marié à Françoise Bettencourt-Meyers4), la fille de “la femme la plus riche de France”, Liliane Bettencourt5), “Madame L’Oréal” elle-même.   Césarini est d’ailleurs aussi connecté à l’INSERM (voir ci-dessous) à travers ses recherches au “Laboratoire de Recherche sur les Tumeurs de la Peau Humaine”.

Et pour rendre les choses encore pires qu’elles ne le sont déjà, l’ex-président-fondateur et à présent directeur émérite de l’ICNIRP, Michael Repacholi6) d’Australie, a une réputation dans son travail à l’OMS sur l’EMF (Electro Magnetic Field / Champs magnétiques et électriques) des radio-transmetteurs, comme étant un consultant qui fait le lien entre les intérêts commerciaux et l’OMS (http://www.iddd.de/umtsno/puzmud.htm)

Quelques “googlages” supplémentaires révèlent que la troisième de ces organisations mentionnées par les recommandations de l’OMS, EUROSKIN, basée en Allemagne, est fondée par (et reçoit ses fonds de) une organisation immense en France qui recouvre presque tous les aspects de le médecine française – l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherché médicale).  Cela semble assez innocent jusqu’à ce que l’on découvre que l’un des sponsors (et probablement pas le plus petit !) de l’INSERM est la “Fondation Bettencourt Schueller” la fondation personnelle de Liliane Bettencourt dans laquelle Jean-Pierre Meyers est également un directeur.  Le premier président d’EUROSKIN, Jean François Doré7), provient des quartiers généraux de l’INSERM à Lyon et le nouveau président, Mathieu Boniol8 ), venant lui aussi de l’INSERM, est ce statisticien qui l’année dernière a contribué à fournir les données dans le rapport erroné de l’ARC.

Qu’y a-t-il de commun à l’ensemble de ces rapports ? En plus de leur chasse aux sorcières des bronzeurs, sans surprise quand on tient compte que les auteurs ont été payés par L’Oréal : la promotion flagrante des crèmes protectrices pour la peau.

Nous avons donc maintenant deux exemples frappants de la façon qu’a une organisation telle que l’OMS de pouvoir être utilisée comme véhicule à des fins commerciales qui vont à l’encontre du but (déclaré) de l’OMS.

Et la plupart des gouvernements suivent les recommandations de l’OMS comme des moutons dans une bergerie, sans appliquer leurs propres résultats de recherche de base ou même le sens commun à leurs décisions.

A ma connaissance seulement deux gouvernements en Europe ont eu le courage civil de parler plus fort contre l’OMS.

Je pense au ministre polonais pour la Santé qui est arrivé à économiser des milliards de la poche de ses contribuables polonais, en s’opposant à l’achat du vaccin contre la grippe porcine recommandé par l’OMS  http://www.youtube.com/watch?v=RhZesZe33cw

Quant au second cas, c’est le gouvernement hollandais, qui s’est opposé aux recommandations de l’OMS sur les lits de bronzage (voir mon post : “LE COMITE CONSULTATIF SCIENTIFIQUE DU MINISTERE POUR LA SANTE HOLLANDAIS CRITIQUE L’ARC (THE INTERNATIONAL AGENCY FOR RESEARCH ON CANCER)” (http://thetanningguru.com/dutch-health-council-criticizes-iarc )

Tous les rapports et les recommandations de l’OMS sont basés sur d’anciennes informations et les nouvelles recherches ne sont pas prises en compte.

Exactement comme le rapport  de l’ARC de juillet 2009, toutes les références dans le rapport de l’ICNIRP depuis 2003 sont issues de rapports de recherche qui datent d’avant l’an 2000 (en réalité la plupart de ces références sont les mêmes !).  Rien n’est dit sur le nombre très important de recherches faites durant ces dix dernières années qui montrent que les bénéfices de l’exposition aux UV l'emporte largement sur les risques avec un facteur allant de de 1 à 1000 voir davantage selon certains experts.

Les phrases succinctes dans les recommandations de l’OMS qui se réfèrent aux bénéfices du bronzage sont dès à présent exposés largement dans les rapports récents, ce serait même risible de constater ce décalage si le sujet n’était pas si sérieux.

Un exemple :

“Bien que l’utilisation du lit de bronzage peut accroître la synthèse de la vitamine D, surtout à partir des composants de l’UVB, pour la plupart des personnes, une exposition normale au soleil, combinée avec une alimentation normale qui comprend des vitamines D, fournit assez de vitamines D pour un corps en bonne santé tout le long de l’année. Si certaines personnes ont besoin de plus de vitamines D que le soleil peut en fournir ( par exemple parce qu’elles vivent dans les régions polaires) cette carence doit être combattue avec un régime plutôt que par les lits de bronzages.”

C’est ce qui est marqué dans une des recommandations faites aux gouvernements du monde entier, à un moment où un consensus de presque 100% existe qui s’accorde sur le fait que les rayons UVB sont le seul moyen naturel et sans danger pour le corps de créer de la vitamine D.  La meilleure preuve que la vitamine D n’a jamais été conçue pour être prise par voie orale, c’est le lait maternelle qui contient toutes les vitamines et autres nutriments pour un enfant sauf la vitamine D.  Il a été également mesuré dans plusieurs recherches que les rayons UVB n’atteignent la terre uniquement les jours de temps non nuageux ( et sans pollution) lorsque le soleil forme un angle supérieur à 50⁰ au dessus de l’horizon : ce n’est pas seulement dans les « régions polaires » qu’il arrive souvent que ces conditions ne soient pas remplies. Pour plus de détails sur ce sujet, lisez mon post : http://thetanningguru.com/do-you-know-how-to-tan#more-580

Achèteriez-vous un téléphone portable construit aujourd’hui sur des bases technologiques qui datent de plus de 10 ans ?  Nul doute que non, pourtant c’est ce que font la plupart des gouvernements dans le monde lorsqu’ils adoptent des lois et des règlements basés sur les recommandations actuelles de l’OMS.

Le professeur Johan Moan, chercheur émérite à l’hôpital d’Oslo, en Norvège, l’un des experts les plus reconnus dans le monde sur les bénéfices de la vitamine D, déclare ce qui suit dans sa lettre aux autorités norvégienne en matière de santé (12.11.09 traduite du norvégien)

La recherche a changé ma vision sur les lit de bronzage. D’après les connaissances que nous avions dans les années 90, une limite d’age était obligatoire et raisonnable, mais avec les connaissances que nous possédons aujourd’hui, une limite d’age semble être très déplacée. Le développement technologique des lits de bronzage combiné avec les règlements norvégiens, ont permis de rendre leur radiation beaucoup plus faible aujourd’hui qu’elle ne l’était dans les années 90, beaucoup plus faible également que dans beaucoup d’autres pays. Le danger d’attraper un coup de soleil a par conséquent fortement diminué. Je pense que le Ministère de la santé devrait plutôt se consacrer à mettre l’accent sur l’information à diffuser pour s’assurer que les norvégiens font preuve de bon sens lorsqu’ils s’exposent au soleil. Le soleil est bon pour votre santé en dose modérée, et si vous évitez d’attraper des coups de soleil, alors l’exposition à la fois au soleil et sur les lits de bronzage,sera bénéfique pour vous, quelque soit votre age. On devrait également prendre en considération que le nombre de gens au-dessous de 40 ans avec un cancer de la peau maligne a diminué depuis 1990, alors que le nombre d’usagers des lits de bronzage n’a cessé d’augmenter.”

La Norvège n’a pas limité l’age du bronzage en solarium à 18 ans, ni d’ailleurs les Pays-Bas et la plupart des autres pays dans le monde.

L’illustration ci-dessous décrit les manières possibles pour L’Oréal d’influencer les processus de l’OMS afin de maintenir un marché de crèmes solaires multi-milliardaire en dollars, ce même marché existait à peine il y a seulement 20 ans.

Les manières pour L’Oréal d’influencer les recommandations de l’OMS afin de réaliser des milliards de ventes de produit de protection contre le soleil et de crèmes auto-bronzantes. » lotions.

Liens:

http://www.who.int/about/en/

http://assembly.coe.int/main.asp?Link=/documents/workingdocs/doc10/edoc12283.htm

http://www.bmj.com/cgi/content/full/340/jun03_4/c2912

http://www.icnirp.de/commission.htm

http://www.inserm.fr/partenaires

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2363574/

http://investing.businessweek.com/research/stocks/people/person.asp?personId=937791&ticker=OR:FP&previousCapId=874249&previousTitle=L’OREAL

http://www.fondation-de-rothschild.fr/spip.php?rubrique1

8 réflexions sur “Leur travail est d’améliorer notre santé – mais comment leur faire confiance après ça ?”

  1. Merci pour cet article qui donne vraiment à réfléchir. Hélas comme beaucoup d’organisations officielles, ont peut toujours se demander jusqu’à quel niveau elles sont réellement objectives ou constamment influencées par les « lobbies ». C’et pour cela que la vigilance des sources de l’information est cruciale, mais là aussi cela commence à être difficile de dissocier « fact from fiction ».

  2. Incroyable quand même quand on voit les budgets dépensés pour des soit disants études pour au final ne s’appuyer que sur des études datant d’il y a plus de 10 ans… C’est tout simplement scandaleux !

  3. Avec le nouveau virus EBOLA, qui sait ce qu’on apprendre dans une dizaine d’années ?

  4. Tout est dit dans cet article. Les soit-disantes organisations nationales et internationales médicales ou autres ne sont créées finalement que pour faire croire en apparence que les précautions sont prises et que les élites mettent tout en oeuvre pour le bien des foules mais au final, elles n’oeuvrent que pour le lobbing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog uses premium CommentLuv which allows you to put your keywords with your name if you have had 3 approved comments. Use your real name and then @ your keywords (maximum of 3)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page